Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 16:41

 

Une petite distraction après plusieurs romans plus sérieux ;-)

Un livre rouge qui parle de fantômes, c'est pas courant ; par contre le lieu hanté étant un château écossais, on comprend mieux.

Qu'ils sont vigoureux et têtus, ces écossais au sang chaud et au cœur toujours palpitant. Un rien les plonge dans la fureur et le drame et un rien encore les enflamme et les enchante.

Qu'il est magique notre couple de fantômes qui après seize longues années de cache-cache au château se retrouve enfin et s'explique et s'unit pour empêcher le pire à son successeur et sa jeune épouse.

Une plume vivace, des personnages vivants, entiers et follement attachants, un fond historique des plus dramatiques, des paysages enchanteurs, un rythme soutenu et enfin, une belle touche d'humour, que demander de plus pour se distraire un peu de la grisaille ambiante.

 

« Tu n'es guère reposante pour une malade. Rien que de te regarder, avec ta flamboyante chevelure et ta vitalité, cela m'enlève le peu de forces qui me restent. »

 

« Vous m'avez mise en garde contre les hommes. Seuls ils sont déjà pénibles, mais ensemble, ils se montrent insupportables, déraisonnables, indisciplinés et répugnants. »

 

« Arrangez-vous pour que la puissance de l'amour soit plus forte que l'amour de la puissance... »

 

Ce que j'aime par dessus tout avec mes livres rouges, c'est le mélange parfait entre les personnages historiques et ceux inventés par l'auteure pour nouer son intrigue. On n'est jamais dans la pure fiction, juste dans une belle histoire que l'Histoire a dû rencontrer souvent mais qu'elle a oublié de retranscrire ;-)

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 08:43

 

Voilà un roman rouge plus historique que romantique, une histoire véridique à peine romancée donc.

L'auteure, super bien documentée, va nous faire vivre, au travers une héroïne historique, la grande épopée des Mormons.

Du recrutement de nouveaux membres en Ecosse à l'édification de Salt Lake City, capitale mormone de l'Utah, en passant par la traversée non seulement de l'océan Atlantique mais aussi des territoires plus ou moins hostiles qui s'étendent de la côté Est à la côte Ouest des Etats-Unis. Un chemin semé de morts, truffé d'embûches, où les épidémies s'en donnent à cœur joie, où les conditions climatiques sont inhumaines ; un parcours insensé pour un espoir de liberté, une transhumance inimaginable portée par une foi qui transcende tout.

Et si on ajoute à cela, la guerre de Sécession, la guerre du Mexique, la ruée vers l'or et l'explosion de villes champignons comme Virginia City au Nevada, on a entre les mains un super moment d'évasion ;-)

 

« Par quelle bizarrerie le peuple américain, chantre de la liberté, se livrait-il à l'esclavage ? »

 

« Une mormone doit accepter son sort sans rechigner. Elle occupe une certaine place dans sa maison et dans la communauté, une place enviée et respectée, mais elle ne doit pas chercher autre chose. »

 

Une lecture riche d'enseignements, un style un peu trop documentaire parfois et il manque, pour moi, juste un brin d'humour pour alléger la tension, la rigueur, la désespérance parfois que l'on retrouve tout au long du roman.

J'ai encore en réserve d'autres livres de cette auteure qui se démarque des classiques du genre, à suivre donc ;-)

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 16:52

 

Première lecture de cette auteure qui me laisse perplexe…

Un remake de Jane Eyre sans la plume d'une Charlotte Bronté, ça laisse un sentiment de déjà lu sans le plaisir d'une belle lecture…

Des personnages qui manquent d'étoffe et de profondeur, des situations déjà connues même si un détail ou l'autre sort de l'ordinaire, une histoire sans paysage historique (bon, un chouia de médecine quand même) et ce qui m'énerve plus que tout, des répétitions de pensées intimes à n'en plus finir !

On est très loin ici d'une Bertrice Small, d'une Kathleen Woodiwiss ou d'une Julie Garwood et j'en passe. Ainsi, c'est triste, mais n'écrit pas qui veut un tout bon livre rouge ;-)

Conclusion, un roman détente qui n'a pas atteint son but, je suis plutôt énervée pour le coup :-p

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 10:46

 

Premier roman de l'une de mes auteures préférées de livres rouges !

Roman que je n'avais pas et qui a été trouvé par ma maman dans une bouquinerie où elle va fouiller de temps en temps juste pour me dénicher des perles rares ;-)

Et la plume est déjà belle et riche, les personnages historiques sont super bien représentés et l'héroïne a déjà les qualités que l'on retrouvera plus tard dans la série « La louve d'Irlande ».

Il faut quand même dire qu'il s'agit ici plus d'un roman sur l'histoire et la vie de Sélim 1er, neuvième sultan de l'empire ottoman, que d'un livre rouge classique même si le harem, son organisation et sa gestion, y a une place à part.

Très peu de rouge donc dans ce premier roman qui marque néanmoins le début d'une saga beaucoup plus osée et tout aussi documentée sur les us et coutumes des époques et des pays traversés.

 

« Dans les années à venir, ceux qui liraient l'épitaphe sur la stèle de Janet Leslie, « Née écossaise, elle mourut écossaise », s'imagineraient une vieille femme triste et solitaire. Jamais ils ne pourraient concevoir ne serait-ce qu'une parcelle de la vie tumultueuse et fantastique qui avait été la sienne. »

 

Bertrice Small est reconnue comme une des grandes dames de la littérature historico-romantique, elle a reçu de nombreux prix tout au long de sa carrière et malheureusement pour moi, beaucoup de ses romans ne sont pas encore disponibles chez nous…

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 15:24

 

Waouh ! Un livre rouge comme je les aime ; le fond bien documenté, la forme assez littéraire et l'histoire, elle, digne d'une belle légende.

Quand l'amour traverse les siècles ; quand d'âmes en âmes ressuscitées, il se reconnaît ; quand vies après vies, il renaît pour enfin s'accomplir ; alors, rien ne lui résiste plus et la vie, la vraie, peut finalement s'accomplir.

Mais, ce n'est pas aussi simple, car si l'âme et le corps se reconnaissent aussitôt, parfois la raison peine et freine et cause chagrin et douleur. D'un mot, d'une phrase, tout peut s'ordonner mais c'est sans compter l'orgueil qui pointe souvent le bout de son nez. Et si on ajoute à cela un trésor fabuleux et un relent de haine pure, nous voilà plongé dans un drame dont la fin ne peut être que belle, livre rouge oblige, mais où le chemin pour y arriver est pour le moins truffé d'embûches.

Un cadre magnifique, la cour d'Espagne en 1848, le Texas et le Pérou à la même époque ; partout une vie difficile, parmi les nobles prétentieux et les pervers, les brigands armés et les indiens insaisissables, la jungle sauvage et le peuple digne mais soumis.

Une belle histoire, bien différente des classiques du genre qui souvent ont pour décor la cour d'Angleterre ;-)

 

« Elle était comme la Belle au Bois Dormant, dont sa mère lui avait conté l'histoire quand elle était petite. Mais le prince charmant tardait et son cœur restait en sommeil... »

 

« C'était un monde fascinant et terrible à la fois, où la beauté côtoyait la cruauté et la mort. »

 

« Eux, de simples mortels, connaître tant de félicité ? Une catastrophe allait forcément tout détruire, pour les punir de vivre ce dont les autres ne savaient que rêver. »

 

Et le fameux trésor dans tout cela, ce trésor qui a détruit des familles entières, anéanti des vies, transformé des gens honorables en pitoyables assassins, est finalement à la portée de tous…

 

« L'amour est le plus grand trésor au monde, et dépasse l'or et la gloire. Les richesses ne durent pas, la gloire est éphémère. Seul l'amour est éternel. » ;-)

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 11:35

 

Héhé, encore une belle découverte dans le monde des livres rouges et ce à plus d'un titre.

D'abord, l'histoire est originale et ne manque pas de suspense même si le personnage principal prend un temps fou à se déciller les yeux. Une belle plume, un vocabulaire riche et coloré, des personnages attachants, beaucoup de bons sentiments , une touche de méchanceté quand même pour éviter le tout sucre, un brin d'humour et un tout petit chouïa d'érotisme pour justifier la couleur du roman.

Ensuite, une surprise, l'auteure est francophone ce qui est assez rare dans ce genre de littérature. Cela explique le sentiment de subtile différence que j'ai ressenti tout au long de ma lecture. Pas de cours d'anatomie ni de situations crues et vulgaires comme cela arrive parfois, beaucoup de descriptions sans pour autant plomber l'ambiance, une fluidité d'écriture qu'on ne retrouve pas toujours quand il s'agit de traduction, un bon roman donc.

 

« Qu'est-ce qui l'avait tant attiré chez elle ? Sa beauté ? Son orgueilleuse prestance ? Plus il y réfléchissait, plus il se demandait comment il avait pu aimer une créature aussi imbue d'elle-même. »

 

Une auteure qui mérite le détour même si elle reste loin des reines du genre.

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 16:41

 

Voilà un petit livre rouge, sans prétention aucune, pour passer le temps avant les fêtes et surtout, avant le début du nouveau challenge multi-défis sur Babelio.

Une jolie histoire, écrite d'une belle plume, avec un seul petit regret, le côté nunuche du personnage principal pendant les deux premiers tiers du bouquin…

Je désespérais de voir cet homme de 31 ans se comporter comme un gamin puéril, frivole et désinvolte alors que son pendant féminin assumait tout, les tâches, les responsabilités en plus de ses sentiments impossibles ;-)

 

« Il avait assez vécu pour savoir que, contrairement à la beauté du corps, celle de l'âme ne fane jamais. Lorsqu'un homme voulait choisir une femme, c'était surtout à la beauté de son âme qu'il devait faire attention. »

 

Clairement pas la meilleure auteure du genre mais une gentille récréation, sans plus.

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 14:45

 

Hé hé, pas mal du tout !

Pas récent et c'est ça qui fait son charme particulier. Il faut dire que les premiers livres rouges ont quand même un petit quelque chose qui manque aux récents… Peut-être juste la part romantique et aventureuse qui est remplacée maintenant par de l'érotisme pur et dur… Je vais approfondir la question pour ma prochaine critique d'une auteure « antique » du genre ;-)

Une belle plume, de l'humour, un zeste de mystère, un brin de dérision et des personnages super attachants ; voilà un roman réussi pour qui veut juste se distraire du train-train quotidien.

 

« Quand on aime, on accepte tout d'une personne, et le côté lumineux, et le côté obscur. »

 

Bon, il faut quand même parler de la couverture… L'homme viril, puissant, basané et passant pour un métis est ici représenté par une sorte d'adolescent imberbe avec une plume dans les cheveux, trop drôle !

J'adore ma maman qui visite régulièrement les bouquinistes de sa ville pour nous trouver à moi et à ma plus jeune fille des livres rouges d'antan qui parfois ne sont même plus réédités ;-)

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 12:45

 

Voilà une auteure qui apprend vite. Son premier roman n'était clairement pas au top même si l'écriture montrait de belles dispositions. Ce second récit est par contre, presque parfait.

Une plume légère, riche et colorée ; une histoire super bien documentée où les références à l'Histoire sont tout à fait intégrées au récit ; des personnages attachants, étoffés et bien campés dans le cadre de l'époque. On ajoute à cela un peu de superstition, un brin d'humour, quelques batailles et beaucoup d'amour, et on a alors entre les mains un roman bien distrayant.

J'ai beaucoup appris sur la vie des mercenaires au début du XVIème siècle. Ces soldats qui se battaient pour de l'argent menaient une vie trépidante, violente, et courte. Ils ont fait l'histoire souvent sanglante de l'Europe sans laisser de souvenirs bien marquants car contrairement aux nobles leurs noms n'étaient pas importants, ils étaient juste de la chair à canon.

 

« Il lui faudrait toutefois faire preuve de tact, Alonsa serait sa pire ennemie. Il savait qu'elle le désirait autant qu'il la désirait ; malgré cela, elle formait une adversaire de taille. Il devrait évaluer ses défenses, découvrir ses faiblesses avant qu'elle ne les renforce. Alors, il s livrerait à un siège assidu ; un assaut frontal direct, en vérité. »

 

« On aurait dit un champ exubérant de fleurs improbables, dont ils partageaient l'espérance de vie plutôt courte. Ils saisissaient donc toutes les occasions pour profiter de la vie et s'amuser. Ils s'entraînaient dur, se battaient dur, jouaient dur. En dehors des combats, ils copulaient librement, s'adonnaient à des jeux de hasard et buvaient, et ils mouraient jeunes, presque sans exception. »

 

Une auteure à suivre car elle se passionne pour une période de l'Histoire très peu utilisée dans les livres rouges et qui pourtant ne manque pas d'intérêt.

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 16:52

 

Avis pour le moins mitigé pour ce premier roman de l'auteure.

De l'histoire, il y en a, et quelle histoire, celle de la révolution paysanne et de la montée des idées de Luther en Allemagne au début du XVIème siècle. Mais, pour que l'histoire serve de toile de fond à un récit, il ne suffit pas de jeter sur la page une liste de noms et de lieux…

De l'humour, il y en a aussi, un peu, souvent assez grossier mais il ne m'a pas fait vraiment rire…

De l'amour, parlons-en, il y en a à foison et surtout une successions de raisonnements sentimentaux qui alourdissent le récit au lieu de lui donner une touche légère et romantique…

De l'érotisme, il y en a aussi bien sûr, livre rouge oblige mais les quelques scènes sont tellement longues qu'on en perd le fil…

Conclusion, une belle plume qui ne demande qu'à s'exprimer mais qui manque d'expérience, de rythme et de fluidité.

Néanmoins, pour être tout à fait honnête, la fin rachète en partie l'ensemble du roman qui fait quand même plus de 400 pages.

 

« La mère abbesse avait un dicton : « A coussin mou, âmes molles. » Pour elle, la voie de la perdition était pavée de duvet d'oie. »

 

« Ainsi va la vie, dit-elle en haussant une épaule. Tout ce qui vit meurt trop vite. Mais apporter de la joie aux autres tant qu'on est vivant, laisser le souvenir de sa beauté et le parfum de sa vie derrière soi... »

 

« Dès lors que des gens influents contrôlent les masses sans éducation et non informées, on assiste toujours à des abus de pouvoir. »

 

« La vie n'était que risque, et le pire de tous consistait à ne pas la vivre pleinement. »

 

Pas le choix, je vais lire le suivant, je viens de le découvrir dans ma bibliothèque… J'espère une prochaine critique plus enthousiaste ;-)

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Carine
  • Le blog de Carine
  • : Pas de résumé, pas vraiment une critique, juste mes sentiments en quelques mots :-)
  • Contact

Recherche