Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 15:06

Et le challenge multi-défis 2016 continue et pour le dernier tome paru de la série « Les Duchesses » j'ai choisi l'item : « Un livre dont l'action se déroule dans le passé ». En effet, les six volumes sont clairement une description bien documentée de la haute société anglaise de la fin du XVIIIème siècle.

L'auteure n'a pas boudé son plaisir ni le nôtre en donnant à chaque volume le rythme de son personnage principal, ainsi certains récits sont plus rapides et tumultueux que d'autres. De même elle a voulu nous présenter à chaque fois un point d'histoire qui s'intégrait bien dans son roman et le rendait de ce fait bien plus consistant. Ainsi, la description très précise des vêtements, parfois très haut en couleurs ; les débats politiques concernant les quartiers pauvres de Londres ou encore de la nécessité de trouver une alternative aux pontons-prisons ; des indications sur les avancées techniques et médicales de cette fin de siècle ; des jeux à la mode dans la haute société comme les échecs et, en cercle privé, le poker mais aussi et surtout, une fine analyse de la psychologie de la noblesse.

Ce dernier point est particulièrement travaillé par l'auteure dans ce volume. L'éducation des enfants légitimes et illégitimes et leurs places dans la société, la gestion des orphelinats, la maladie mentale et la relation maîtres-serviteurs tissent la toile de cette toute belle histoire où la violence des sentiments cache une immense tendresse.

« Le mariage est pour les courageux, et l'amour pour les idiots. Je ne manque pas de bravoure, et je me targue d'avoir un grain d'intelligence. »

« Depuis que Villiers l'avait tiré de sa ruelle sordide de Wapping pour l'installer dans son hôtel particulier, Tobias avait appris énormément sur l'ordre naturel des choses. Les ducs étaient des dieux, les domestiques étaient de la crotte, et les gentilshommes se situaient entre ces deux extrémités. Quant aux bâtards, ils étaient tout en bas de l'échelle. »

« Elle porta son verre à ses lèvres. La liqueur coula dans sa gorge, brûlante, évocatrice de passions ardentes, d'hommes qui ne l'abandonneraient jamais. »

« Tous les jeunes hommes étaient probablement comme lui : pressés, avides, aveuglés par le désir. Il voulait toucher, posséder. Elle voulait embrasser. »

J'aime beaucoup la plume moderne d'Eloïsa James qui sans jamais devenir vraiment grivoise appelle un chat, un chat. Avec une écriture riche et variée elle nous transmet son amour des belles lettres et des bons mots sans oublier celui des énigmes et des joutes littéraires parfois piquantes, souvent marrantes qui pimentent le roman.

Voilà, la série semble finie et pourtant, un tome 7 pointe le bout de son nez et paraîtra en mars sous le titre « Trois semaines avec Lady X », je me réjouis déjà ;-)

Partager cet article

Repost 0
Published by Carine - dans Roman rouge
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Carine
  • Le blog de Carine
  • : Pas de résumé, pas vraiment une critique, juste mes sentiments en quelques mots :-)
  • Contact

Recherche