Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 16:17

Un livre difficile à critiquer…

Pas un livre de contes bien que la vouivre y tienne une belle place ; pas un documentaire sur les sages-femmes bien que l'histoire du métier et ses affres à travers le temps sont bien décrits ; pas un livre de guerre même si le récit n'aurait pu être si la Grande Guerre n'avait pas ravagé cette belle terre de Lorraine ; pas vraiment un roman d'amour car si amour il y a, il est bien caché ; et enfin, pas un thriller non plus car l'unique mystère est bien vite dissipé…

Un peu un mélange de tout cela…

Un récit parfois clair comme un livre d'école, souvent embrouillé de situations invraisemblables et où le temps se perd dans quelques méandres brumeux.

Des personnages nombreux, trop nombreux et même si l'auteure à pris la peine de les nommer en début de livre, un petit rappel de leur statut lors de leur apparition dans l'histoire n'aurait pas nuit au rythme de ma lecture.

Et quoi dire du fond des personnages… Les bons : le curé, le docteur, le nain et les sages-femmes ; les mauvais : tous les autres ! Les soldats américains, allemands ainsi que les poilus ne sont que des soudards ivrognes qui ne pensent qu'au sexe et les femmes soit elles se font violer à peine pubères soit elles écartent les cuisses à tour de bras pour quelques sous…

Bref, des personnages qui manquent d'humanité et qui suintent la haine, la méfiance, la jalousie et la peur. Je ne crois vraiment pas que de tels sentiments ont pu reconstruire un village après une guerre aussi meurtrière que celle de 14-18 !

Et parlons du personnage principal, une orpheline de seize, esclave dans une ferme, ne sachant ni lire ni écrire peut en deux années d'observation recoudre une artère sans provoquer de dégâts… Bon, là, j'ai eu un peu de mal quand même !

« Le regard du pauvre homme erra sur nous et nous y cherchâmes en vain une étincelle. Jacques Hasard hurlait autant que Joseph se taisait. La guerre ne nous avait rendu que des hommes brisés. »

Une jeune auteure qui se documente bien sur certains sujets, qui manque de rigueur dans l'écriture (quelques répétitions inutiles notamment) bien qu'elle utilise le vocable du terroir pour rendre l'histoire plus véridique et qui paraît finalement fort peu optimiste sur la nature humaine en lui laissant peu d'espoir.

Pas vraiment tentée de lire ses autres romans...

Partager cet article

Repost 0
Published by Carine - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Carine
  • Le blog de Carine
  • : Pas de résumé, pas vraiment une critique, juste mes sentiments en quelques mots :-)
  • Contact

Recherche